123 articles - Dernière mise à jour le 3 décembre 2016

      Lire, écrire, tout un art!
Romans, théâtre et Cie...  
 
 
Journal des lectures
Carnet d'écriture
Atelier
 
 
 
 
 
Journal des lectures / Livres
Mémoire de mes putains tristes Gabriel Garcia Marquez  
 
“L’année de mes quatre-vingt-dix ans, j’ai voulu m’offrir une folle nuit d’amour avec une adolescente vierge”. Gabriel Garcia Marquez, en conteur né, nous plonge dans l’aventure cynique et improbable de “Maestro”, chroniqueur sans gloire à El Diario de la Paz.
Cet homme qui n’a jamais couché avec une femme sans la payer, tombe amoureux de celle qu’il a baptisée Delgadina, l’adolescente vierge qui travaille dans une usine de boutons et que lui procure Rosa Carbacas, patronne d’une maison close.

Je n'ai jamais couché avec une femme sans la payer, et les quelques-unes qui n'étaient pas du métier, je les ai convaincues de prendre l'argent de gré ou de force, même si c'était pour le jeter à la poubelle.

Delgadina, sa rédemption, ou plutôt le rêve éveillé qui lui permet de trouver que la vie vaut la peine d’être vécue. Rêve oui, car l’amour avec cette jeune fille est impossible. Rêve, car la Belle, le Maestro la préfère endormie.
Il lui chante des chansons, lui raconte des histoires, le Petit prince, les contes de Perrault, les Mille et une nuit. Il aménage une routine amoureuse et domestique qui n’a lieu que la nuit quand lui est éveillé et elle non. L’assassinat d’un riche client dans les maisons close, la disparition puis la réapparition de Rosa Carbacas, ne sont que des péripéties dans ce récit à la fois tendre et piquant de la vieillesse d’un homme qui ne veut pas vieillir.

C'était enfin la vraie vie, mon coeur était sauf et j'étais condamné à mourir d'amour au terme d'une agonie de plaisir un jour quelconque après ma centième année (FIN).

Et l’arrangement qu’il trouve avec la mère maquerelle rappelle celui que trouvent les âmes perdues qui n’ont pour seul salut que celui de ne pas finir seules.
 
© Gilda Gonfier - 4 mars 2009
 
    Lire  
 

  Mémoire de mes putains tristes - Gabriel Garcia Marquez
 
RETOUR LISTE
 
   
   
     
 

  La lettre  


     
   
         
  © histoires en chemin Gilda Gonfier - Tous droits réservés - Création Julie Chetaille