123 articles - Dernière mise à jour le 3 décembre 2016

      Lire, écrire, tout un art!
 
 
Films  
 
 
Journal des lectures
Carnet d'écriture
Atelier
 
 
 
 
 
Journal des lectures / Films
Le pays à l'envers de Sylvaine Dampierre  
 
A visionner et à diffuser la bande annonce du film de Sylvaine Dampierre.
La sortie nationale est prévue pour mars 2009.

"On dit que dans ce pays les récits sont enfouis, les paroles serrées derrière des lèvres closes, les secrets bien gardés et la mémoire blessée. On le dit et c'est sûrement vrai. L'histoire de ce pays est courte et douloureuses, elle a la fragilité des souvenirs. Les traces se perdent de n'être pas foulées et les grandes personnes n'ont pas tout raconté aux enfants perdus. Les racines des arbres disputent à la mémoire des hommes, les figuiers maudits dévorent les anciennes prisons d'esclaves et les machineries des usines déchues disparaissent, enserrées par les lianes; les parkings et l'asphalte assèchent ce qu'il reste de souvenir. Mais il suffit de gratter la terre, de se laisser caresser par le vent, d'ouvrir les yeux et les oreilles, de regarder autour de soi pour rencontrer les porteurs de mémoire, les arpenteurs, les jardiniers. Le pays parle, il suffit de l'écouter. Ici la mémoire est fragile, elle s'inscrit dans les corps plutôt que dans le marbre, mais elle est vivante, elle est à réinventer. J'aime les traces incertaines, les documents à moitié effacés, les interstices de la mémoire pour ce qu'ils recèlent d'invention, pour ce qu'ils laissent imaginer. Je rêve avec les personnages de mon film d'une histoire plurielle, de toutes les histoires encore enfouies, de tous les contes encore à dire. Il suffit de gratter la terre, d'arpenter le pays, d'entendre son appel, de se mettre à danser."

Sylvaine Dampierre



Un voyage personnel en mémoire esclave au coeur de la Guadeloupe. De retour dans l'île que son père a quitté 50 ans plus tôt, la cinéaste remonte le cours du temps pour retracer l'histoire de son nom. Au fil de ce voyage initiatique sur les terres d'enfance de son père, son enquête nous transporte jusqu'à l'époque de l'esclavage. Aux archives, dans les jardins créoles ou les ruines des usines à sucre, se croisent les chemins d'une mémoire vivante, se dessine la vision d'un pays où les récits, les corps, les musiques, parlent avec force d'une histoire qui résonne encore. Le film se compose comme un jardin créole, dans le foisonnement des images et des récits; il s'attache à la terre, entremêle repères intimes et mémoire collective. Avec Michel Rogers, généalogiste habite, à travers les souvenirs du père exilé ou dans les pas de Léna Blou, chorégraphe inspirée et de ses jeunes élèves, il déchiffre les traces contemporaines de l'esclavage, voire du colonialisme en général. Au détour de la Guadeloupe d'aujourd'hui il tend un miroir à la France dite métropolitaine ; il part à la recherche de l'envers du pays.





Le blog du film



Fiche technique :
réalisé par Sylvaine Dampierre
image Renaud Personnaz
son Myriam René
montage Sophie Reiter
collaboration artistique Bernard Gomez
musique Laurent de Wilde
coordination Guadeloupe Gilda Gonfier
Production Stéphane Sansonetti
Production ATLAN FILMS
Distribution HEVADIS FILMSwww.hevadis.eu


 
© Gilda Gonfier - 20 novembre 2008
 
RETOUR LISTE
 
   
   
     
 

  La lettre  


     
   
         
  © histoires en chemin Gilda Gonfier - Tous droits réservés - Création Julie Chetaille